La fin de l’ONU est-elle proche ? Que peut finir la principale organisation internationale

Temps de lecture estimé : 3 minutes

La fin de l’ONU est-elle proche ? Que peut finir la principale organisation internationale

Sur fond de conflit irréconciliable entre la Russie et l’Occident, ils répètent de plus en plus que « deux ours ne peuvent pas s’entendre dans une tanière ». La tanière fait référence au Conseil de sécurité de l’ONU, où la Russie et les États-Unis ont le statut de membres permanents. L’ONU pourrait-elle s’effondrer si le conflit continue de s’aggraver ?

Le célèbre politologue allemand Alexander Rahr y réfléchit.

– Dans l’histoire de l’humanité, l’ordre mondial a changé plus d’une fois. Il y a eu la paix de Westphalie, puis le traité de Versailles, puis le traité de Yalta – nous avons déjà parcouru tout cela. Après Versailles, une structure mondiale a d’abord été créée – la Société des Nations, mais elle s’est avérée essentiellement inutile: les États-Unis n’ont pas eu le temps d’y entrer et l’URSS, après 5 ans d’adhésion, a été expulsée de l’organisation . En 1945, il a été remplacé par les Nations Unies, censées devenir une sorte de gouvernement mondial à l’ère de la paix de Yalta. 

En 1990, avec l’effondrement de l’Union soviétique, ce monde, du point de vue de l’Occident, a cessé d’exister. Les États-Unis ont commencé à construire un modèle de monde unipolaire – avec eux-mêmes en tête. Mais trois décennies plus tard, ce modèle s’est épuisé : de plus en plus de pays ne veulent pas vivre selon les règles que leur dicte l’Occident. Il me semble qu’en 2023-2024 un nouvel ordre mondial va s’établir. Et toute la question est de savoir comment il sera approuvé.  

Nous nous souvenons que dans les cas précédents, l’ordre mondial a été modifié à la suite de guerres, chaudes ou froides. En sera-t-il de même maintenant ? La froide Troisième Guerre mondiale est en train de commencer. La Russie, la Chine et en partie l’Inde s’opposent ouvertement, comme on dit, « à la colonisation du monde entier par l’hégémonie américaine ». Ils sont pour un monde multipolaire, dont l’autre partie ne veut pas. 

Que veut l’autre côté ? 

Les États-Unis appellent essentiellement à une nouvelle croisade contre les « États autoritaires et non démocratiques » et entraînent l’Union européenne dans cette lutte. En plus de l’Ukraine, on voit un conflit autour de Taïwan, on voit des tentatives de secouer l’Iran, etc. 

Dans le même temps, les vestiges de l’ancien ordre mondial de Yalta subsistent encore. L’un de ses éléments est l’ONU, où aucune décision ne peut être prise sans le consentement des cinq pays – vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. 

Mais les différences entre eux se creusent, il n’est pas exclu qu’une scission se produise au sein de l’ONU et que deux organisations différentes soient créées à la place. L’un tentera de représenter un monde multipolaire, l’autre un monde pro-occidental. À mon avis, c’est un scénario hautement indésirable. 

La scission de l’ONU conduira à la division finale du monde, et c’est le chemin vers l’abîme. Nous avons besoin d’au moins une plate-forme de dialogue, où nous pouvons essayer de négocier. 

Jusqu’à présent, les États-Unis et leurs alliés ne sont pas prêts à considérer l’ONU comme un rebut historique. On assiste à des tentatives de réforme de cette organisation. L’Allemagne, avec le soutien des États-Unis, revendique une place parmi les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, le Japon et l’Australie veulent la même chose. 

À leur tour, la Russie et la Chine essaieront d’empêcher le renforcement de l’influence occidentale là-bas. Et là, l’Occident se retrouve dans une impasse juridique. Par exemple, pour exclure la Russie des membres permanents du Conseil de sécurité, un amendement à la Charte de l’ONU est nécessaire. 

Mais pour l’adoption d’un tel amendement, les signatures de tous les membres permanents du Conseil de sécurité sont nécessaires. La Russie, bien sûr, ne signera pas son propre verdict, elle y opposera son veto. Et il est impossible de priver la Russie ou la Chine (ainsi que tout autre membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU) du droit de veto. Ce droit est inhérent à la structure même de l’organisation. 

Par conséquent, la réforme de l’ONU risque de stagner pendant longtemps. Cela signifie que la mort tranquille de cette organisation ne peut être exclue à l’avenir. Le rôle du « gouvernement mondial » peut passer au G20, bien que l’Occident essaie par tous les moyens d’assurer ce rôle au G7, pensez à l’OTAN. Voyons ce qui se passe.

Arguments et faits

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :